Déjà à l’époque romaine, du vin était produit en Alsace. A cette époque, la culture de la vigne occupait tout au long de l’année les paysans Alsaciens. Après des siècles de prospérité, la viticulture Alsacienne a beaucoup souffert dans les années 1870. En effet avec l’arrivée du phylloxera et l’alternance de nationalité France / Allemagne, la vigne a perdu en qualité. Fort heureusement, depuis le milieu du XXème Siècle, le vignoble d’Alsace a retrouvé toute sa prospérité.

La diversification des cépages de la route des vins d’Alsace

Des chroniques relatent qu’en 780, l’activité la plus profitable de la région Alsacienne était la viticulture. Aux alentours de l’an Mille, près de 119 villages produisaient alors du vin en Alsace. Cinq siècles plus tard, l’émergence de la vigne se fait dans plus de 400 villages et 300 abbayes. A cette époque près de 80 millions de bouteilles de vins étaient produites ! La quantité de vin était alors deux fois plus importantes qu’aujourd’hui ! Toutefois, bien connu pour ses vins blancs, la première notoriété du vin d’Alsace a pu se faire en production de rouge.

En effet, la plantation de pinot noir par les romains a enrichi la région par la production de vins rouges. Ce n’est qu’à partir du XIIème siècle que la production de vins blancs s’est développée. De célèbres appellations telles que le « rissling » ou le « traminer » ont alors fait leurs apparitions. Ces deux cépages mieux connus par « riesling » et « gewurztraminer » se sont vu complétés par d’autres cépages importés. Le pinot blanc issu de Bourgogne, le tokay pinot gris de Hongrie ont ainsi également gagner de la place depuis dans les rangées viticoles Alsaciennes.

Vue de Hunawihr de la route des vins d’Alsace

Des maisons de négoces sur la route des Vins d’Alsace

Avant le XVIème siècle, une association de vignerons située à Riquewihr réglementée l’activité viticole en Alsace. Un règlement imposait d’ailleurs de dissocier le vin en deux catégories : vin « Hüntsch » ou « Edelwein ». Considéré comme vin noble, seul de vin « Edelwein » pouvait être exporté hors de l’Alsace. Pour assurer ce tri de célèbres maisons de négoces comme les maisons Dopff, Trimbach ou Hugel ont ainsi gagnées en noblesse depuis 1574. L’ensemble de ces grandes maisons sont d’ailleurs encore visibles sur la route des vins d’Alsace.

L’arrivée de la guerre de trente ans a mis à mal la qualité des vins produits. En effet, bien plus productif, l’émergence de vins moins nobles comme le sylvaner, le chasselas ont dégradé la qualité des vins produits. Ainsi en 1918, les vins nobles représentaient seulement 10% de l’encépagement. A l’issue de la seconde guerre mondiale, le retour d’une viticulture de qualité a permis à l’Alsace de retrouver 80 % de cépages nobles. Ces efforts ont d’ailleurs étaient récompensés en 1982 par l’attribution de l’appellation AOC et la délimitation de grands crus sur la route des vins d’Alsace.

La route des Vins d’Alsace et ses villages traditionnels

La carte de la route des Vins d’Alsace permet de découvrir les plus beaux villages de la région. Grâce à des ruelles pavées, des maisons à colombages du XVème siècle, il est agréable de flâner dans ces communes viticoles. La vieille ville est souvent protégée par un mur d’enceinte. Celui-ci protégeait ses habitants et ses richesses des nombreuses guerres de l’époque médiévale. Il est encore facilement possible de profiter de ces décors historiques tout au long de la route des vins d’Alsace. A Turckheim, en levant les yeux sur ses vieilles toitures il ne sera pas impossible de voir quelques cigognes.

A Kaysersberg, il sera amusant de trouver le Christ du XVème siècle portant entre ses mains une grappe de raisins. Malgré une forte affluence, Riquewihr est un point de passage obligé ! Cette étape permettra de dénicher quelques grands crus dans une des ruelles de la commune. Enfin, à la limite du Bas-Rhin et toujours sur la route des vins d’Alsace, Bergheim et Ribeauvillé possèdent de belles vieilles églises et des châteaux en ruines. Dans le Bas-Rhin, un dernier petit détour par Dambach-la-Ville s’impose. La Chapelle Saint-Sébastien permettra de prendre de la hauteur à proximité du grand cru Frankstein.

Pour les voyageurs ne disposant pas de voitures lors de leurs visites de la région, Oui-drive est là pour vous accompagner sur la route des vins d’Alsace à travers des circuits sur mesure.

Visite touristique de la route des vins d’Alsace

Centre historique de Kaysersberg

0

Votre panier